À la découverte des sports adaptés : l'escrime en fauteuil roulant

Joueurs d'escrime en fauteuil roulant

L’escrime en fauteuil roulant est un sport de combat pratiqué par des personnes ayant une déficience motrice, la plupart du temps au niveau des membres inférieurs. C’est un sport de rapidité puisqu’il s’agit de toucher l’adversaire avant qu’il nous touche.

RESSOURCES

Fédérations

International Wheelchair & Amputee Sports Federation

Fédération internationale d’escrime

Escrime Canada

Fédération d'escrime du Québec

Portraits d'athlètes

Pierre Mainville

DESCRIPTION

Bref historique 

L’escrime en fauteuil roulant a fait ses débuts aux jeux de Stoke Mandeville en 1954 grâce à Sir Ludwig Guttmann. C’est un sport Paralympiques depuis la première édition des jeux en 1960 à Rome. Sport d’abord très populaire en Europe, il est en phase de développement au Canada. Les escrimeurs canadiens ont participé pour la première fois aux Jeux d’été de 2000 à Sydney.

But du jeu 

En escrime en fauteuil roulant, l’objectif est de toucher une des parties autorisées du corps de son adversaire avec son arme, sans être touché.

Classification et équipement

Les athlètes sont classés dans 3 catégories en fonction de leurs habiletés motrices. Les athlètes de la catégorie A ont l’équilibre du tronc. Les athlètes de la classe B n’ont pas l’équilibre du tronc. Les athlètes de catégorie C sont tétraplégiques et ne concourent pas lors des Jeux paralympiques.

Les escrimeurs utilisent un fauteuil roulant correspondant à des normes réglementaires. Une des caractéristiques du fauteuil d’escrime est la poignée latérale de maintien (opposée à la main qui tient l’arme), permettant à l’escrimeur de se tenir pendant qu’il combat.

L’autre caractéristique propre à l’escrime en fauteuil roulant est l’affrontement en position statique. Les fauteuils des escrimeurs sont maintenus au sol grâce à un système de fixation Handifix permettant d’assurer leur sécurité. Une barre centrale garantit une distance fixe entre les deux adversaires, et les fauteuils doivent être fixés avec un angle de 110° par rapport à celle-ci.

Le reste de l’équipement nécessaire est le même que pour l’escrime traditionnelle, que ce soit les armes (fleuret, épée et sabre) ou les vêtements équipés de dispositifs électriques pour compter les touches.

Règlements et pointage

Les règlements sont définis par la Fédération Internationale d’Escrime (FIE) et l’International Wheelchair Fencing Comitee (IWFC).

Lors des combats individuels, les athlètes doivent marquer 15 points contre leur adversaire (ou le maximum de points), lors de 3 rondes de 3 minutes, avec 1 min de repos entre les rondes. En cas d’égalité, une ronde de 1 minute supplémentaire à lieu, et le premier athlète à marquer est le vainqueur. 

Lors des combats par équipe, les équipes sont composées de 3 escrimeurs, et la première équipe à arriver à 45 points est gagnante.

Le comptage des points dépend de l’arme utilisée.

Lors des combats au fleuret, la touche doit être effectuée avec la pointe de la lame, uniquement sur le tronc de l’adversaire (qui exclut la tête et les bras).

Lors des combats à l’épée, la touche doit être effectuée avec la pointe de la lame sur n’importe quelle partie du corps au-dessus des hanches. Ceci diffère des combats debout lors desquels tout le corps est une zone valide à l’épée. Mais les jambes sont une cible trop facile en fauteuil roulant donc les règlements ont été adaptés, et les athlètes portent un tablier pour couvrir leurs jambes.

Enfin, lors des combats au sabre, la touche peut être effectuée avec la pointe ou le côté de la lame, sur toutes les parties du corps au-dessus des hanches.