Activités physiques et sportives : plaisir et expérience doivent être mis de l'avant

Enfant souriant

L’expérience en loisir, souvent appelée expérience subjective, est caractérisée par l’unité intérieure qui habite l’individu durant sa pratique. Cette expérience agréable et enrichissante varie en intensité. Plusieurs facteurs contribuent à faire de l’activité pratiquée une expérience agréable, signifiante, satisfaisante, voire optimale. Ce type d’expérience offre à l’individu qui pratique l’activité, un défi à relever à la hauteur de ses aptitudes.

Selon cette conception de l’expérience et afin de favoriser une expérience positive en loisir, il apparait important de miser sur la correspondance entre le défi à réaliser et les capacités des jeunes ayant une limitation fonctionnelle. Ceci leur permettra de ressentir le plaisir qui découle de la pratique d’activités physiques et sportives, que ce soit dans le cadre scolaire ou extrascolaire.

Certains autres facteurs contribuant au plaisir ressenti et à l’expérience vécue par les participants (ALF) ont été identifiés, tels que :

  • Les caractéristiques personnelles du participant ainsi que ses intérêts et préférences en matière d'activités physiques et sportives
  • Le niveau d’interactions requis lors de la pratique de l’activité
  • La présence d’un monitorat spécifique lors de la pratique de l’activité
  • Le sentiment d’appartenance envers l’activité physique ou sportive pratiquée
  • Le sentiment de liberté perçue par le jeune

Lorsque le plaisir est au rendez-vous et que l’expérience est positive, plusieurs bénéfices découlent de la pratique d’activités physiques et sportives par le participant, tels que :

  • Satisfaction envers l’activité pratiquée
  • Motivation intrinsèque et sentiment de liberté
  • Pratique à long terme de l’activité
  • Développement de compétences
  • Socialisation et intégration
  • Bien-être et actualisation

En conclusion, ces nombreuses retombées bénéfiques liées au plaisir et à l’expérience positive lors de la pratique d’activités physiques et sportives s’ajoutent à l’ensemble des bénéfices reconnus suite à l’adoption de saines habitudes de vie (au plan physique, psychologique, cognitif et social) par les jeunes ayant une limitation fonctionnelle.

À la lumière des éléments favorisant la participation dans les cours d’éducation physique (ÉPS), des différents bénéfices perçus, de l’importance de l’entourage du participant et des notions d’expérience et de plaisir, certains éléments récurrents doivent être mis en évidence :

  • L’importance de la motivation : le jeune doit être intrinsèquement motivé à prendre part aux activités physiques et sportives qu’il pratique. Toutefois, les encouragements et la valorisation de l’entourage sont importants.
  • L’importance de l’autonomie du jeune : un accompagnement stimulant et favorisant l’autonomie est à privilégier. Les différents intervenants doivent miser sur la responsabilisation des jeunes et l’entourage doit soutenir l’autonomie et le développement du plein potentiel.
  • L’importance du plaisir lors de la pratique d’activités physiques et sportives : en vivant des réussites et des expériences positives, la motivation des jeunes se transforme amenant ce dernier à vouloir faire davantage d’activités physiques et sportives pour le plaisir qu’elles lui procurent.

Les résultats présentés sont issus de diverses études menées par l’équipe de chercheurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières, via notamment des entretiens avec des jeunes présentant une limitation fonctionnelle, leurs parents, ainsi que les intervenants et enseignants qui gravitent autour d’eux. Ces travaux de recherche ont d’ailleurs été rendus possibles grâce à l’appui et au soutien financier de Québec en Forme dans le cadre du projet Choisir de Gagner, une initiative du Défi Sportif AlterGo.

Par Marie-Pierre L. Nadeau

Marie-Pierre L. Nadeau est étudiante à la Maîtrise en loisir, culture et tourisme (profil avec mémoire) à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Ses intérêts de recherches sont vastes, mais ils s’articulent actuellement autour des loisirs des adolescents, plus précisément sur l’éducation au loisir de ces derniers.